Les Loups de Fenryder: Tome 1 (La Trilogie des Loups) par ALEC COVIN

Les Loups de Fenryder: Tome 1 (La Trilogie des Loups) par ALEC COVIN

Titre de livre: Les Loups de Fenryder: Tome 1 (La Trilogie des Loups)

Auteur: ALEC COVIN

Broché: 443 pages

Date de sortie: November 28, 2018

Les Loups de Fenryder: Tome 1 (La Trilogie des Loups) par ALEC COVIN est disponible au téléchargement en format PDF et EPUB. Ici, vous pouvez accéder à des millions de livres. Tous les livres disponibles pour lire en ligne et télécharger sans avoir à payer plus.

ALEC COVIN avec Les Loups de Fenryder: Tome 1 (La Trilogie des Loups)

Enfin disponible la trilogie culte d’Alec Covin!
« Alec Covin a des chances de vous scotcher au plafond ! » LE MONDE
« Effroyablement crédible. » ELLE

SI VOUS RENCONTREZ UN HOMME PORTANT UN SEUL GANT DE CUIR NOIR,
FUYEZ.

Tome 1 : Les Loups de Fenryder
1933, Tusitala, Louisiane : le bal donné par la richissime famille McNeice se transforme en un effroyable massacre... Soixante-dix ans plus tard, Stanley Holder, romancier à succès et petit-fils d’un des témoins de la tuerie de 1933, commet l’imprudence de révéler dans une interview qu’une terrifiante société secrète, les Loups de Fenryder, est l’auteur du carnage. En représailles, une folle terreur va alors de nouveau déferler sur Tusitala…

« Si la scène de la piscine municipale est devenue tout simplement cultissime pour ses lecteurs, on retiendra aussi des Loups de Fenryder toute une galerie de personnages d’une bouleversante humanité : Stanley le romancier écrasé de chagrin, le vieux toubib Norman Jarrett au cœur immense, qui voit dans le retour de la violence sa dernière chance de se racheter, Sarah Widar, la journaliste intrépide et rebelle (elle deviendra l’un des protagonistes majeurs des deux autres tomes de la trilogie), enfin le caïd du South Bronx, 10-13, personnalité aussi énigmatique que déterminée, sans oublier, il va sans dire, la pathétique famille Baldwin victime expiatoire de la plus effroyable des fatalités… »

LA TRILOGIE DES LOUPS DE FENRYDER
La Trilogie des Loups de Fenryder offre au fil de ses tomes une inexorable montée en puissance. Le premier volet est un grandiose préambule à l’action des deux suivants. Tout en atmosphère, il nous plonge dans la chaleur torride d’un été en Louisiane et nous fait entrer comme par effraction dans le monde ténébreux des Loups de Fenryder. Le deuxième opus nous projette en plein cœur de Manhattan au sein d’une très mystérieuse Fondation d’Art et à la chaleur étouffante du premier volume succède l’ambiance glaciale d’un hiver à New York. Dans ce deuxième tome le lecteur en apprend beaucoup plus sur la terrifiante société secrète des Loups du général Lucius Ewel Fenryder (son organisation, ses motivations politiques, ses connexions…). Enfin le dernier tome de la trilogie constitue à tous égards l’« apothéose grandiose » de la Trilogie selon ses lecteurs mêmes…
La trilogie des Loups de Fenryder, c’est plus de 1.000 pages qui font de la peur un plaisir.

LA PRESSE et les LOUPS DE FENRYDER
ELLE : « Alec Covin réunit autour de son premier roman, Les Loups de Fenryder, l'aval des spécialistes, les félicitations des novices et même l'enthousiasme des plus réticents. »
LE PARISIEN : « Alec Covin prouve que les Anglo-Saxons n'ont pas, dans le genre fantastique, le monopole du talent. ».
20 MINUTES : « Les Loups de Fenryder est un thriller haletant qui promet d’être un best-seller avant l’été. »
LE FIGARO LITTERAIRE : « C’est horrible et fascinant. Un cauchemar non rêvé mais vécu. Il n’est pas rare que, tournant la page, le lecteur sente sur son front ses cheveux se dresser, qu’il renonce à répondre au téléphone ou à dîner pour savoir comment se termine un chapitre, et quelle terreur nouvelle ce garnement d’Alec va concocter. Quand on pense que Les Loups de Fenryder sont le premier roman d’un jeune esthète, on ressent une jalousie qui est le meilleur compliment qu’on puisse lui adresser. On ne saurait dévoiler autre chose que ce sentiment délicieux de trouille bleue que chaque phrase de Covin intensifie. (…) Le tout mâtiné d’une pointe d’humour acide qui met les nerfs à vif, tel le trait de citron qui exalte le goût du foie de veau. La technique Covin est implacable, les personnages dessinés parfaitement, hommes, femmes, enfants (Alec marque une vraie tendresse pour ces deux dernières catégories et pour les vieillards) (…) L’écriture, elle, court la poste afin que vous ne puissiez reprendre votre souffle. (…) Ses inventions sont diaboliques. »

Livres Similaires